Mula Bhanda, ça veut dire quoi ? A quoi ça sert ?

Dans les cours de Natha yoga, Mula Bhanda, comme d’autres bhandas, est fondamental. Ça peut paraître mystérieux, ésotérique ou folklorique. Mais qu’est-ce que ça veut dire et à quoi ça sert ?

Mula Bhanda, ça veut dire quoi ?

Bandha veut dire fermeture, contraction. Muladhara  est le premier Chakra, nœud ou roue énergétique, à la base de la colonne vertébrale. Mula Bhanda peut donc être compris comme le verrou au niveau de ce chakra racine.

Comment faire Mula Bhanda ?

Traditionnellement, Mula Bhanda est “la contraction permanente et légère du sphincter externe de l’anus”. Selon différentes sources, Mula Bandha est décrit également comme une contraction du muscle releveur de l’anus, et/ou de l’ensemble des muscles du périnée.

Chez l’homme, Mulha Bhanda correspondrait donc à une contraction de l’anus, accompagnée d’un relèvement du périnée entre les organes génitaux externes et l’anus.

Chez la femme, ce verrou énergétique semble plus efficace lors de la contraction du vagin, accompagnée d’un effet d’aspiration vers le haut.

Au départ il est difficile de maintenir le Bandha en continu, pendant des postures par exemple. Lorsque la pratique est bien installée, Mula Bandha procure alors une qualité de présence très particulière et une grande énergie.

Pour amener de la conscience dans la zone du périnée, nous vous proposons, de vous asseoir au sol, jambes croisées, un petit coussin sur le bord arrière des fesses pour faciliter la bascule du bassin, les yeux fermés, les mains posées sur les genoux.

Dans un premier temps, en respirant librement, entraînez-vous à contracter lentement toutes la zone du périnée, sans faire de distinction, puis à relâcher très progressivement.

Lorsque votre conscience commence à s’installer dans cette zone, essayez de contracter davantage l’arrière, puis l’avant, de ressentir les différences entre contraction et aspiration vers le haut, puis pour les femmes, essayez de contracter indépendamment les différents sphincters, anal et vaginal.

Vous pourrez ensuite essayer d’associer les respirations aux différentes contractions : contractez et aspirez vers le haut sur l’inspire, relâchez sur l’expire. Enfin, entraînez-vous à conserver ces différentes contractions sur quelques respirations.

Lorsque la contraction-aspiration vers le haut peut être tenue sans affecter le souffle, Mula Bandha pourra être utilisé lors de votre pratique régulière du yoga. En Natha Yoga, Mula Bandha est tenu tout le temps. Mais plus qu’une contraction, c’est une fermeté, une remontée et à minima, une présence. Il doit peu à peu se prendre sans tension ou rigidité.

L’influence de Mula Bandha sur le plan énergétique

Les bandhas ont un rôle essentiel sur la structure énergétique. Ces contractions empêchent la déperdition d’énergie. Associés à des postures, des respirations et/ou des concentrations, ils permettent d’orienter et canaliser les circulations d’énergie et de stabiliser le mental.

Notre base, le plancher pelvien est le siège de notre énergie vitale, primordiale, la fameuse énergie Kundalini.  Avec les différents muscles du périnée c’est aussi une « porte de sortie » essentielle à la vie.

Mula Bandha est associé principalement à l’énergie descendante, Apana, qui permet l’élimination (déchets de l’organisme, substances sexuelles ..). Les yogis considèrent que lorsque Apana domine, l’énergie se disperse par les « portes du bas ». Cette déperdition d’énergie est assez facile à percevoir, lorsque l’on se sent fatigué le relâchement domine, souvent accompagné de lourdeur, déprime, manque de confiance en soi. A l’inverse, lorsque l’on se sent « en forme », tout se redresse, comme plus tenu.

Mula Bandha fait donc remonter l’énergie vers le haut, permet de contrecarrer la tendance d’Apana (Energie descendante) en privilégiant Prana et Udana (Energies ascendantes). Le simple fait de prendre Mula Bandha modifie l’état intérieur et donne une impulsion verticale, physiquement tout le corps se redresse.

L’influence de Mula Bandha sur le plan physique

Certaines personnes, y compris des profs de yoga, ne reconnaissent pas l’utilité de pratiquer Mulha Bandha, le rendant même responsable d’entraîner une dureté de la musculature du périnée, pouvant entraîner constipation et difficultés à l’accouchement pour les jeunes femmes.

C’est méconnaître cette zone taboue et souvent ignorée. La prise de conscience de la zone du périnée, et des différents muscles qui la compose, permet au contraire de contracter et détendre à loisir et de façon très subtile les différentes parties de notre plancher pelvien. De cette façon, le transit peut être au contraire amélioré, ainsi que bien sur tous les problèmes d’incontinence chez la femme comme chez l’homme. Par une conscience précise de la structure de son périnée, la future maman pourra relâcher progressivement les différents muscles pour accompagner la naissance de son enfant.

Mula Bhanda procure plus de force et de tenue. Alors si les énergies ne vous parlent pas encore, pratiquez quand même Mula Bandha, votre corps vous dira merci !

Pour en savoir plus :

  • Blog Yogmrita
  • « Le banquet de Shiva », Ch. Tikhomiroff
  • « Hatha yoga et Kundalini », R. Milliat

Catherine – 10/10/2016

Si même les arbres font Mula Bandha ! Centre de yoga Mouna

Si même les arbres font Mula Bandha ! Centre de yoga Mouna

One Comment

  1. Ekongkar
    9 heures ago

    Tiens tiens, encore un texte super intéressant…. je vais revenir sur ce site très régulièrement.

    Reply

Leave your thought